04 Janvier 2009 - Humeurs

Bonne Année / Happy New Year | La sixième vertu cardinale : le courage / The sixth cardinal virtue: Courage


=> English Version <=

Salut les gens

Je vous souhaite à tous une excellente année 2009.

Santé prospérité bonheur et chance, le tout si possible dans un maximum de paix et de tolérance.

Pour démarrer l’année, je voulais vous proposer un extrait de la mailing liste du guerrier de la lumière de Paulo Coelho sur la 6ème vertue cardinale, le courage. Puissions nous en avoir plein pour 2009 et après.

A très bientôt

Stef

Stef

Selon le dictionnaire : du latin cor, cœur, s. f. ; fermeté d’esprit, énergie face au danger ; intrépidité ; bravoure ; vaillance ; persévérance.

Pour Jésus-Christ : Vous êtes le sel de la terre. Si le sel perd sa saveur, comment redeviendra-t-il du sel ? Il ne vaut plus rien ; on le jette dehors et il est foulé aux pieds par les hommes. Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une hauteur ne peut être cachée. Quand on allume une lampe, ce n’est pas pour la mettre sous le boisseau, mais sur son support, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. (Matthieu 5, 13-15)

Dans la chaleur de la lutte : Hier j’ai eu le courage de lutter. Aujourd’hui j’aurai le courage de vaincre. (Bernadette Devlin, activiste politique catholique en Irlande du Nord)

Chez les pères du désert : un groupe de moines du monastère de Sceta – parmi lesquels le grand abbé Nicerius – se promenaient dans le désert égyptien quand un lion surgit devant eux. Effrayés, tous se mirent à courir.

Des années plus tard, alors que Nicerius était sur son lit de mort, un des moins commenta :

« Abbé, vous souvenez-vous du jour où nous avons rencontré le lion ? Ce fut la seule fois où je vous ai vu avoir peur.

– Mais je n’ai pas eu peur du lion.

– Alors pourquoi avez-vous couru avec les autres ?

– J’ai pensé qu’il valait mieux fuir un après-midi une bête que passer le restant de la vie à fuir la vanité. »

Dans un discours : Le peuple doit tourner le dos à ceux qui insultent la dignité humaine en racontant que les uns doivent être les maîtres, les autres leurs serviteurs. Parce que cela transforme chaque personne en un prédateur, dont la survie dépend de la destruction de l’autre. Ainsi nous aurons créé une société courageuse, qui reconnaît que les Noirs comme les Blancs appartiennent à une même race, sont nés égaux, et ont les mêmes droits à la liberté, à la prospérité et à la démocratie. Cette société ne devra plus jamais accepter l’existence de prisonniers de conscience. (Nelson Mandela, qui fut pendant vingt-huit ans prisonnier de conscience, lors de la réception du prix Nobel de la paix, 10/12/1993)

Devant le mal absolu : deux rabbins tentent par tous les moyens d’apporter le réconfort spirituel aux juifs dans l’Allemagne nazie. Pendant un an, mourant de peur, ils trompent la Gestapo (la police secrète) et réalisent des offices religieux dans plusieurs communautés.

Finalement ils sont arrêtés. L’un d’eux, redoutant ce qui risque de se passer par la suite, ne cesse de prier. L’autre passe toute la journée à dormir.

« Pourquoi dors-tu ? demande le rabbin effrayé. Tu n’as pas peur ? Tu ne sais pas ce qui peut nous arriver ?

– J’ai eu peur jusqu’au moment de notre arrestation. Maintenant que je suis en prison, à quoi sert d’avoir peur ? Le temps de la peur est fini ; maintenant commence le temps du courage d’affronter son destin. »

Sur une plage : Qu’y a-t-il autour de vous ? Il n’y a ni joie ni courage, seulement la terreur en cette belle fin de journée. Terreur de rester seul, terreur de l’obscurité qui peuple l’imagination de démons, terreur de faire un geste qui s’écarte du manuel du bon comportement, terreur du jugement de Dieu, terreur des commentaires des hommes, terreur de prendre un risque et de perdre, terreur de gagner et de devoir supporter l’envie, terreur d’aimer et d’être rejeté, terreur de demander une augmentation, d’accepter une invitation, d’aller dans des lieux inconnus, de ne pas réussir à parler une langue étrangère, de ne pas être capable d’impressionner les autres, de vieillir, de mourir, d’être remarqué à cause de ses défauts, de ne pas être remarqué à cause de ses qualités, de ne pas être remarqué, ni pour ses défauts, ni pour ses qualités. (in Le Démon et mademoiselle Prym, 1998)

Selon un sage : Le courage se manifeste dans des actes, pas dans des mots ; ce n’est pas le bluff, l’arrogance ou la folie. Un homme courageux est celui qui ose faire ce qu’il croit juste et supporte les conséquences de ses actes – qu’ils soient politiques, sociaux ou individuels.

Un homme peut obéir à un autre pour deux raisons : par peur d’être puni, ou par amour. L’obéissance qui tire son origine de l’amour du prochain est mille fois plus puissante que la peur du châtiment. (le Mahatma Gandhi, 1869-1948)




English Version

Hi guys

I wish you all a very good year 2009.

Health prosperity luck and fortune, if possible with a maximum of peace and tolerance.

To start the year, I wanted to offer you a piece of Paulo Coelho’ warrior of light mailing list about the 6th cardinale virtue, Courage. May we have plenty for 2009 and after.

According to the dictionary: from the Latin cor: heart; firmness of spirit, energy before danger; intrepidness; cheerfulness; bravery; perseverance.

For Jesus Christ: You are the salt of the earth; but if the salt has lost its savor, what shall it be salted with? It is no longer good for anything but to be thrown away and trodden under the foot of men. You are the light of the world; a city that is et on a hill cannot be hidden. Neither do men light a candle and put it under a bushel, but on a candlestick, and it gives light to all that are in the house. (Matthew 5:13-15)

In the heat of the fight: Yesterday I had the courage to fight. Today I shall have the courage to win. (Bernadette Devlin, Catholic political activist in Northern Ireland)

Among the priests in the desert: a group of monks from the monastery of Sceta – among them the great Abbot Nicerius – were walking in the Egyptian desert when a lion appeared before them. Terrified, they all began to run.

Years later, when Nicerius was on his death bed, one of the monks remarked:

“Abbot, do you remember the day we met the lion? That was the only time I saw you afraid.”

“But I was not afraid of the lion.”

“Then why did you run like all the rest of us?”

“I thought it better to run away from a lion one afternoon than to spend the rest of my life running away from vanity.”

In a speech: These great masses will have turned their backs on the grave insult to human dignity which described some as masters and others as servants, and transformed each into a predator whose survival depended on the destruction of the other. Thus shall we live, because we will have created a society which recognises that all people are born equal, with each entitled in equal measure to life, liberty, prosperity, human rights and good governance. Such a society should never allow again that there should be prisoners of conscience nor that any person’s human rights should be violated. (Nelson Mandela, who for 28 years was a prisoner of conscience, on receiving the Nobel Peace Prize, 10/12/1993)

In the face of absolute evil: Two rabbis are trying by every possible means to bring spiritual comfort to Jews in Nazi Germany. For a whole year, though scared to death, they deceive the Gestapo (the secret police) and perform religious ceremonies in various communities.

They are finally arrested. One of them, terrified at what could happen from then on, does not stop praying. The other spends the whole day sleeping.

“Why do you sleep?” asks the fearful rabbi. “Aren’t you afraid? Don’t you realize what can happen to us?”

“I was afraid up to the moment we were arrested. Now that I’m imprisoned, what good does it do to be afraid? The time for fear is over; now it’s time for courage to face our fate.”

On a beach: What’s all around you? There’s no happiness, no courage, just terror on this beautiful sunset. The terror of being alone, the terror of the dark that fills the imagination with demons, the terror of doing something that isn’t in the handbook of good behavior, the terror of God’s judgment, the terror of men’s comments, the terror of risking and losing, the terror of winning and having to live with envy, the terror of loving and being rejected, the terror of asking for a raise, accepting an invitation, going to unknown places, not managing to speak a foreign language, not being able to impress others, growing old, dying, being noticed on account of your defects, not being noticed for your qualities, not being noticed either for your defects or qualities. (The Devil and Miss Prym, 1998)

According to a wise man: Courage is shown in acts, not in words; it is not bluffing, arrogance, or madness. A courageous man is the one who dares to do what he finds is right, and bears the consequences of his acts – whether they are political, social or individual.

A man can obey others for two reasons: for fear of being punished, or for love. Obedience that comes from love of others is a thousand times stronger than fear of punishment. (Mahatma Ghandi, 1869–1948)


Nombre de commentaires : 0 - Nombre de consultations : 1926

À propos de Stef

The Boss


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *