19 Avril 2020 - Complots

Ça commence à faire beaucoup


Je crois qu’on a un peu trop énervé Manu. Les gilets jaunes, les retraites… Visiblement il en a marre, et il a décidé de tous nous exterminer. Ou tout du moins de très sérieusement réduire la population, en empêchant la moindre révolte.


Déjà, il faut se rappeler que toutes les manifestations GJ (avant leur grande trahison) ont été noyautées et détournées par des soit-disantes marches pour le climat. D’un coté nous avions des centaines de milliers de manifestants en jaune, de l’autre 300 pèlerins pour le climat, mais les TV ne parlaient et ne montraient que de ces derniers. C’est une méthode courante, que j’avais déjà constatée en 2003 lors des manifestations contre la réforme des retraites, et surtout pour contrer le mouvement d’alors des prostituées. On crée un mouvement sous contrôle dont le nom ou les motivations semblent coller au mouvement à éteindre, puis on le finance et on le met en avant, afin d’étouffer le mouvement initialement dérangeant. Ici, ni Putes ni Soumises, passé en boucle au 20h pendant que le mouvement initial des prostituées était démantelé et sévèrement réprimé. Je l’ai vécu de l’intérieur lors d’une intervention technique dans le service communication d’un grand parti politique Parisien. C’est également la façon pour le pouvoir de contourner la contestation, certes, mais surtout d’imposer sa volonté et de faire pénétrer ses idées dans l’opinion.


Ici, la marche contre le climat, que signifie-t-elle : que nous sommes trop nombreux. Qu’il y a trop d’activité humaine. Que pour sauver la planète, il faut aller vers la décroissance, le contrôle des naissances, l’encouragement des sexualités non-reproductrices, et faire baisser toutes les émissions de Co2 et de No2, et donc de faire drastiquement baisser l’activité humaine. Voici donc le crédo circulant parmi un certain nombre de dirigeants du G7, dont on se rend compte au passage que la majorité d’entre eux n’a pas d’enfants (et que de manière évidente, ils n’aiment pas beaucoup leur population). L’argumentation est quasi religieuse, être climato-sceptique est quasiment devenu un crime, et tant pis si la température augmente également sur la planète Mars. Le porteur le plus fanatique de tout ca, c’est Manu (Guignol de son prénom).


Et hop, voici donc une épidémie. Avec de très fortes présomptions de manipulations génétiques, le tout dans un labo financé par la USA et la France, que tout le monde visiblement tente de couvrir, avec des intervenants de labos qui vendent des trucs super chers, des spécialistes internationaux en génétiques qui meurent, des sommités sommées de se taire, des échos de services secrets partout dans la presse internationale, et de fortes tensions géopolitiques. Un truc vraiment sale, hyper contagieux, qui fait se gratter les malades, attaque le cerveau, et surtout qui reste dormant dans quasiment toute la population. Une saleté qui détruit l’immunité via les lymphocytes t4, et donc qui extermine les personnes âgées et ceux déjà malades (diabétiques, leucémiques, etc.).


Chez nous, le médicament pas cher qui est aujourd’hui utilisé mondialement n’est plus en vente libre 30 jours avant l’annonce officielle de l’épidémie, juste avant un décret interdisant carrément son utilisation durant la zone d’infection où il pourrait être le plus utile, et il est dénigré sur la télévision d’état par des consultants payés par des laboratoires pharmaceutiques privés vendant des traitements concurrents beaucoup plus chers, lesdits labos ayant infiltré une partie des organes décisionnaires du gouvernement.


Un autre décret interdit de vendre des masques à la population et autorise la saisie de tous les stocks de ces masques. Les commandes des particuliers sont bloquées aux frontières. Le gouvernement a même demandé aux gens de ne pas en mettre au début de l’épidémie, quand elle aurait peut-être été encore contrôlable.


Enfin, un troisième décret autorise l’euthanasie des personnes malades que l’on estime « non récupérable », « sans consentement ni information à leurs proches ».


Contrairement à ce qui se passe ailleurs dans le monde, les personnes contagieuses ne sont pas isolées. Elles restent dans la population et infectent les autres personnes autour d’elles.


Ils n’ont pas non plus réduit les déplacements en provenance des zones mondiales infectées.


Ainsi donc les règles, les lois, les contraintes administratives se multiplient, rendant toute initiative individuelle impossible. Les organismes (vétérinaires etc…) qui pourraient faire ou fabriquer des tests sont immobilisés. Les privés qui importent ou produisent sont saisis et réprimés. Et quand l’état, après moults réunions, procédures et commissions, réussi à passer quelques commandes, Bercy demande à vérifier que les sociétés vendeuses sont en règles et n’utilisent pas de paradis fiscaux, entraînant des délais supplémentaires, ce qui fait que les stocks nous sont dérobés par d’autres sous notre nez. Ce qui fait que rien ne se passe, rien n’arrive.


L’approche gouvernementale est calamiteuse, et se contente d’accompagner la vague infectieuse en demandant aux gens de ne pas bouger. De l’avis des observateurs du pouvoir en place, la méthodologie actuelle est d’encourager l’infection de la population afin de créer une immunité de la population (alors diminuée), mais lentement afin de ne pas surcharger le système de santé (qui n’a plus de médocs et est en manque d’équipement). Et donc pour se faire, on va rouvrir les écoles département par départements, afin de brasser le virus dans toutes les familles, et être certain que tout le monde le porte bien.


Ca, c’est pour chez nous. À comparer avec l’Allemagne, Israël, Hong-Kong et la Corée, en bref des pays qui ont anticipé, et surtout pour les Asiatiques, qui aiment leur population et sont dans des logiques de protection de celle-ci.


Mes amis, on voudrait nous exterminer que l’on ne s’y prendrait pas autrement. Nous avons vraiment de la chance qu’il s’agisse d’une maladie avec, pour le moment, moins de 10 % de mortalité. Ce serait Ébola, nous serions déjà tous morts.


Ah oui, j’oubliais : un nuage radioactif vient de passer sur la France, à cause de l’incendie des forets autour de Tchernobyl. Cette fois-ci on ne nous a pas dit qu’il s’était arrêté à la frontière pour réapparaître en Espagne, on en a simplement pas du tout parlé. Cela commence à faire beaucoup. Il ne manque plus que la météorite.

(extrait de la revue de presse Facebook https://www.facebook.com/DublinFrenchInAsia, avec plusieurs dizaines de liens en commentaire)



Nombre de commentaires : 0 - Nombre de consultations : 526

À propos de Stef

The Boss


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.