16 Mars 2003 - Humeurs

Voler ou se sauver devant les policiers ? Y’a encore de gens pour se poser ce genre de question ???


Lecture de journeaux, regardage d’infos à la télé, discussions sur le web : Et bien il semblerait que oui, il y ait encore des gens pous se poser ce genre de questions. En 2003. Ici. En France. Hallucinant.

En fait, je pense que c’est un problème de morale et d’éducation. Le soucis est que ce terme (la morale) a tout de suite une connotation intégriste, chrétienne (dans le mauvais sens du terme), donc répressive.

N’as tu pas remarqué que des valeurs simples comme « la liberté des uns s’arrête là ou commence celle des autres » , « il faut faire de son mieux » , « nous vivons en collectivité », etc…. , ne sont plus inculqués aux gosses depuis vachement longtemps ? Autant par le système scolaire (dont ce ne devrait par être le rôle), que par pas mal de familles.

Il n’y a pas besoin de se réclamer d’un parti ou d’une idéologie pour avoir envie de transmettre ces valeurs : or, elles sont vivement décriés par un certain nombre de communicants (certains artistes, certains médias, certain politiques, etc…) depuis un grand nombre d’années. Comment espérer alors voir la jeunesse avoir ces principes, si personne ne leur a inculqué ? Comment espérer les voir se les approprier, si personnes ne leur en montre les bienfaits ?

Bon, bien sur, je pense que la majorité des gens sont encore apte à vivre en communauté, sont très respectables, et je croise régulièrement une énorme quantité de personnes formidables, de tout âge et de tous horizons. Mais ce qui mets un système par terre, c’est toujours la minorité qui ne le respecte pas, quand cette minorité devient trop importantes, et qu’elle fait subir les conséquences de ses dérapages à l’ensemble de la communauté. C’est là à mon avis qu’il faut intervenir. Sans préjugés. Sans parties pris. Juste rappeler quelques valeurs simples, montrer quels en sont les intérêts. Et parcequ’il en faut, instaurer des limites franches et censés à ne pas dépasser, en étant ferme sur le respect de ces limites.

Après tout, je suis toujours très optimiste. Je suis un convaincu de l’être humain, persuadé qu’il cherche bien souvent à faire de son mieux. Il me semble qu’il faut juste de temps en temps lui expliquer un petit peu comment faire pour que tout se passe bien.


Nombre de commentaires : 0 - Nombre de consultations : 8533

À propos de Stef

The Boss


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.